NUIT NOIRE DE L'AME

Je vais vous parler de l'éveil, tel que je l'ai vécu, avant que le filtre du temps ne joue son rôle.

L'éveil ce n'est pas cet état merveilleux ou l'on côtoie les bisounours.
L'éveil ca fait mal.
L'éveil donne des coups.
Il remue a force de prendre de l'ampleur dans le corps, et le corps le rejette physiquement, avec des douleurs, des crises d'angoisses, des dépressions qui n'en sont pas vraiment, mais juste un profond ras le bol "même quand tu as tout pour être heureuse".
J'ai aimé oui, mais mal, avec mes conceptions de ce que je pensais être l'amour. Mais je comprend aujourd'hui que je ne savais pas aimer puisque je n'ai pas ressenti d'amour étant jeune, ou dans mes premières rencontres amoureuses.

 

J’ai choisi de vivre des expériences de non-amour, de rejet, d'expérimenter les doutes, les miens et ceux qu'on a fait peser sur moi.

J'ai choisi ma famille d'incarnation pour comprendre les jeux de la dualité, et être enfermée dans les rapports aux autres.

J'ai cru que je devais aller dans le sens de cette famille pour être aimée, alors que l'amour est partout.
J'ai cru qu'en fonction de mes attitudes, de mon obéissance, je recevrais des marques d'amour.
Et avec les hommes que je choisissais pour partenaires et que je croyais aimer, c'était le même processus ;j'ai rencontré des êtres qui m'ont fait perdre mon énergie, des "pirates" énergivores qui me faisaient douter de moi et de ce que j'étais.
Ils étaient là pour m'apprendre à mettre de l'amour dans mes aspects sombres, en regardant à travers eux, l'image que j'avais de moi et qu'ils me renvoyaient en pleine face de manière douloureuse.

Et pourtant la vie s'est chargée de m'apprendre à travers les coups dans le ventre et divers maux physiques.

Mon plexus à implosé à travers des échanges qui finalement, étaient -aussi- énergétiques, dans leur polarité négative.
Ma famille, puis les hommes qui rentraient dans ma vie, m'ont donc montré le non-amour.

Je me suis sacrifiée.
J'ai tout donné et je me suis totalement oubliée, jusqu'à dénier ma personnalité... je devenais celle qu'ils voulaient que je sois.
J'ai changé de look.
J'ai changé mes goûts.
C'était très insidieux.
Cette manipulation, je ne l'ai pas vue venir. Elle avait de multiples facettes.
Il a fallu que je tombe très bas, au point de risquer ma propre vie.
Je suis aller loin dans le non-amour de moi.

En essayant de survivre, je me suis perdue de vue, moi!
J'ai perdu mon identité au nom de l'amour.
Ma lumière c'est éteinte à force de ne pas être entendue.
Et la clé que l'univers voulait m'enseigner est d'apprendre à devenir autonome, de ne pas chercher à travers l'autre, l'affection et la tendresse que je pouvais me donner à moi-même.

Il m'a fallu mourir à moi-même car mes résistances étaient aussi fortes que mes croyances de n'être rien, que je ne vaux rien ; et surtout pas l'amour que j'attendais.
Que je suis instable car je change de travail souvent;

Que je ne mérite simplement pas d'être aimée car je n'ai rien fait de "bien" ou de louable.
Que je ne peux pas avoir le métier qui me plaise.
Que les hommes partent toujours. Qu'ils me quittent car je ne suis pas "aimable", car personne n'a su m'aimer jusque la.

Je nourrissais les croyances des autres.

 

Un jour j'ai eu un déclic, j’ai choisi des expériences qui me montrent ce qu’est l’Amour.
J'ai appris que je n'ai pas besoin de chercher l'amour puisque l'amour de la Source est partout et infini.

Que rien n'est à prouver, ou à retenir, puisque je suis issue de la Source.

Que chercher à tout contrôler ne fonctionne pas et que cela créé des failles dans la confiance que j'ai en moi.

Je me suis trouvé d'autres familles qui m'aiment pour ce que je suis, sans attendre un acte de ma part.

Sans que je sois obligée de porter un masque pour me cacher, pour rentrer dans un moule.
De toute façon je n'aime pas porter des étiquettes.
Je n'aime pas l'hypocrisie.
Mais maintenant, je peux dire que j'ai appris à m'aimer.
Je m'aime comme je suis.